Actualité scientifique

Des médicaments anticancéreux peuvent-ils être efficaces dans la maladie de Fanconi ?

By 27 mars 2019 mars 29th, 2019 No Comments
Equipe des Drs Jordi Surrallés et Jordi Minguillón de l’hôpital Sant Pau – Barcelone

Février 2019

Les malades atteints de l’anémie de Fanconi ont un risque 500 à 700 fois plus élevé que la population générale de développer un carcinome épidermoïde de la tête et du cou (HNSCC). Les traitements anticancéreux (radiothérapie ou chimiothérapie) utilisés chez les patients non-Fanconi sont très toxiques pour les patients Fanconi. Il est donc nécessaire de trouver une alternative.

Dans le but d’identifier des médicaments qui détruiraient les cellules malades sans atteindre les cellules normales, les Docteurs Jordi Surrallés et Jordi Minguillón de l’hôpital Sant Pau de l’Université autonome de Barcelone ont testé, au cours de l’étude subventionnée par le FARF, 3800 médicaments sur des cellules en culture dérivées de carcinome squameux de patients Fanconi. 

Au cours du 30ème symposium qui a eu lieu à l’automne 2018 et auquel ont assisté 3 membres de l’AFMF, l’équipe de Barcelone a montré des résultats prometteurs pour 2 médicaments potentiels: le Gefitinib et l’Afatinib qui bloquent l’activité du récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR). Ce récepteur est une protéine à la surface de la cellule qui, lorsqu’il est activé, entraine une augmentation de la croissance cellulaire, la survie de cellules tumorales et éventuellement des métastases. Ce récepteur est présent en grande quantité sur les cellules tumorales de la tête et du cou des patients FA. Ce récepteur est une cible pour les médicaments anticancéreux depuis longtemps. Gefitinib et Afatinib sont actuellement utilisés pour le traitement de certains cancers du poumon dans la population générale. Cependant l’efficacité de ces médicaments n’a jamais été testée sur les cancers dans le contexte de Fanconi.

L’étude des Drs. Surrallés et Minguillón a montré, pour la première fois, que les médicaments Gefitinib et Afatinib réduisaient la croissance de la lignée cellulaire cancéreuse Fanconi (FA HNSCC) en culture, sans endommager leur ADN.

Lorsque des souris avec des cellules tumorales FA HNSCC ont été traitées avec ces médicaments, l’équipe de recherche a constaté que ces médicaments inhibaient efficacement la croissance tumorale. En outre, aucun effet hématologique indésirable n’a été observé chez le modèle murin d’anémie de Fanconi, ce qui suggère que ces médicaments pourraient être sans danger pour les patients.

Pourquoi ces résultats sont-ils intéressants ?

Les résultats de cette étude sont intéressants, car les thérapies ciblées pour le HNSCC qui ne causent pas de dommages à l’ADN sont désespérément nécessaires pour les patients AF. Les docteurs Surrallés et Minguillón ont depuis obtenu la désignation de médicament orphelin (ODD) pour le géfitinib et l’afatinib pour le traitement du HNSCC dans l’anémie de Fanconi par l’Agence européenne du médicament (EMA). Ces étapes précoces mais encourageantes permettent d’atteindre l’objectif consistant à mettre au point et à lancer un essai clinique visant à traiter le syndrome de HNSCC chez les patients AF. Restez à l’affût des mises à jour de cet essai potentiel prometteur.

Le fait que ces médicaments Gefitinib et Afatinib ne causent pas de dommage à l’ADN est très important car il est primordial que les traitements n’affectent pas l’ADN des patients Fanconi. Les Dr. Surrallés et Dr. Minguillón ont depuis obtenu la permission de l’agence européenne du médicament (EMA) pour utiliser ces médicaments pour traiter le carcinome épidermoïde de la tête et du cou (HNSCC) chez les patients Fanconi.

Ces résultats, quoique préliminaires, sont encourageants. Ils vont permettre de mettre au point et de lancer un essai clinique pour traiter les carcinomes des patients FA. Restons à l’écoute pour les mises à jour de cet essai prometteur.

Article publié sur le site du FARF et traduit par Dominique Duménil et Françoise Moreau-Gachelin, chercheures ScienSAs INSERM